Accueil > Recherches > Archives : Axes de recherche projet quinquennal 2009-2012 > 1. Axe 1. Migrations et migrants à l’époque contemporaine : pratiques de mobilité et place des migrants dans l’économie mondialisée

1. Axe 1. Migrations et migrants à l’époque contemporaine : pratiques de mobilité et place des migrants dans l’économie mondialisée

Les recherches menées dans cet axe interrogent les logiques sociales qui régissent les formes de mobilité caractéristiques de la période contemporaine. Elles s’attachent à restituer, dans chaque cas, les conditions historiques, économiques, sociales, politiques qui génèrent le déplacement des personnes. Il s’agit également de décrire les caractéristiques sociales des « partants », les filières formelles et informelles qui organisent leur mobilité, l’évolution des projets et des représentations qui accompagnent cette mobilité et les liens sociaux (de solidarité, d’exploitation, de dépendance) qu’elle génère, les formes de socialisation qui surgissent à l’occasion des déplacements : constitution et transmission de savoir-faire migratoires, établissement de liens sociaux spécifiques au sein de réseaux transnationaux, développement de formes associatives inédites, transformation des relations familiales et des rapports de genre… Il importe aussi de rappeler que ces nouveaux migrants, dont la présence dans les débats publics sur l’immigration est principalement appréhendée à partir d’un problème de contrôle des frontières, sont des acteurs économiques dont il convient d’étudier les conditions de mise au travail dans le contexte de l’économie mondialisée. L’Union européenne élargie offre un terrain privilégié d’investigation sur les évolutions en cours. Plusieurs recherches mettent en relation, dans un cadre comparatif européen, ces nouvelles formes de circulation transnationale des travailleurs avec les transformations importantes de l’organisation du travail que connaissent les sociétés européennes qu’ils traversent. Elles visent à comprendre comment les dynamiques sociales de mobilité transnationales et les nouvelles formes de travail informel générées par les dérégulations du travail salarié interagissent pour modeler les positions et les statuts des migrants dans les marchés du travail européens et générer de nouvelles catégories migratoires (celle, par exemple de « clandestins »).

Axe 1. Programme 1. Réseaux migratoires et circulations transnationales

Les recherches regroupées dans ce programme visent à rendre compte des transformations des modèles migratoires confrontés aux processus de mondialisation. L’intérêt des chercheurs porte moins sur le (...)

Lire la suite

Axe 1. Programme 2. Mobilités, rapports de parenté et relations de genre

Ce programme a pour objectif de croiser la mobilité des personnes et les rapports de parenté selon la double optique de l’anthropologie et de la démographie. L’approche démographique s’attache à (...)

Lire la suite

Axe 1. Programme 3. Formes de mise au travail et relations entre groupes nationaux et ethniques

Ce programme regroupe les recherches se rapportant à la problématique suivante. Dans les sociétés occidentales, l’articulation entre les migrations et la question du travail a évolué, entraînant le (...)

Lire la suite