Accueil > Actualités

Des statistiques ethniques : pour quoi faire ?

A l’Urmis Paris, le 17 juin 2010 à 14H30

- Le 17 juin à 14h30, amphi 50.
- 103 rue de Tolbiac, 75013 Paris, Immeuble Montréal. Plan d’accès
- Présidence : Elise Palomares
- Introduction : Maryse Tripier
- Interventions préparées : Véronique De Rudder, Jean-Luc Primon.

Débat général

Comme nous en avions convenu, l’URMIS organise un débat en son sein sur l’opportunité de doter l’appareil statistique officiel de catégorisations ethno raciales et de mesurer la « diversité » dans la société et notamment dans les entreprises..

Ce débat n’est pas nouveau, mais il a été relancé en 2009 par la mise en place par Yazid Sabeg d’un comité scientifique sous la présidence de François Héran.

Certains d’entre nous ont alors rejoint la CARSED, comité scientifique alternatif opposé à une telle introduction. D’autres membres de l’URMIS pensent que ces mesures sont indispensables, d’autres encore (et parfois les mêmes !) s’interrogent, comme d’ailleurs l’opinion française en général.
Il nous est apparu qu’il était nécessaire de sortir des pétitions de principe et de clarifier un certain nombre d’enjeux.

Traiter cette question, c’est au moins distinguer trois volets.
- Le volet « technique », comment peut-on faire, validité, efficacité ?
- Le volet scientifique, qu’est-ce qu’on fait en catégorisant sur cette base ?
- Le volet politique. Quelles sont les conséquences de ces « innovations » sur la société, l’entreprise.

Par ailleurs deux problèmes distincts se sont chevauchés : mesurer la diversité pour la promouvoir, lutter contre les discriminations.

Transversalement ce sont les questions de l’égalité (des chances ? des « places » ?) et de la mise en place d’une politique d’« action positive, qui sous-tendent ce débat sans en traiter vraiment. Enfin, notre propos de chercheurs est de ne pas laisser enfermer la recherche dans des dichotomies ressurgies du passé : quanti/quali, analyse objective/analyse de la subjectivité.

On peut inviter des collègues, mais il faut rester dans le cadre d’un débat scientifique, qui suppose un minimum d’information, vu qu’on n’a qu’une après-midi.

Nous enverrons des textes une semaine auparavant, mais vous pouvez déjà vous reporter au rapport du COMEDD via google, et à l’ouvrage collectif de la CARSED, Le retour de la race, Ed. de l’Aube, octobre 2009 (à REMISIS), vous avez reçu le rapport Lozès-Wievorka et les premiers résultats de l’enquête TEO sont également disponibles.

Amitiés, Maryse, Véronique, Jean Luc