Accueil > À la une

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) au Niger et au Mexique : champs d’action et rapports aux États

L'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) au Niger et au Mexique : champs d'action et rapports aux États

Séminaire avec Pascaline Chappart à l’Urmis Paris Diderot, lundi 11 février 2019, de 14h à 16h, dans le cadre du séminaire de recherche « Migrations, Circulations et Altérités » 2018-2019

Discutants : Alain Morice (CNRS/URMIS) et Nicolas Fischer (CNRS/CESDIP)
Lieu : Université Paris-Diderot, bâtiment Olympe de Gouges, salle M19

Résumé :
Au Niger comme au Mexique, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) joue un rôle croissant dans l’élaboration de normes et de programmes politiques visant à encadrer les déplacements tant à l’échelle internationale que locale. Cette intermédiation s’accompagne d’un discours de reprise en main du contrôle des frontières et du territoire qui va également de pair avec un redéploiement de l’État et de ses partenaires. L’intervention de cet acteur extérieur à l’appareil d’État dans un champ traditionnellement pensé comme régalien questionne les modalités et les enjeux de la recomposition de l’action publique mexicaine et nigérienne à l’aune des dynamiques politiques sous-jacentes au processus d’externalisation du contrôle des frontières américaines et européennes.

Pascaline Chappart est anthropologue, postdoctorante à l’Institut de Recherche pour le Développement, au sein de l’Unité de Recherche Migrations et Société. Elle est l’auteure de la thèse Retours volontaires, retours forcés hors d’Europe. Une socio-anthropologie de l’éloignement des étrangers. Le cas de la France.