Accueil > Membres > Doctorants Urmis > Montvalon Prune de

Prune de Montvalon

Prune de Montvalon prépare une thèse de socio-anthropologie sous la direction d’Alain Morice.
Contact : prunedemontvalon@ymail.com

Titre : « Les prostituées étrangères et leurs passeurs à l’épreuve des frontières »

L’objectif de cette thèse est d’étudier la façon dont les prostituées étrangères franchissent des frontières tant géographiques, qu’administratives et sociales. Ces passages sont saisis à travers les négociations qui interviennent entre elles et leurs intermédiaires, qu’ils soient considérés comme légitime (associations, avocats…) ou non (passeurs, proxénètes).

Le travail de thèse s’articule autour des trois thématiques suivantes :

1- Une analyse critique des processus d’identification des victimes de la traite aux fins d’exploitation sexuelle développés par les associations et les autorités judiciaires. Il s’agit ici de mettre à jour les dynamiques de classement des migrants au regard des politiques restrictives en matière de migration et de s’interroger sur l’opposition entre la figure de la victime à celle de travailleur.

2- Une étude ethnographique des trajectoires des femmes migrantes qui se prostituent à Nice et à Paris. Je m’intéresse en particulier aux les ressources mobilisées par ces prostituées pour faire face aux différents niveaux de contraintes qu’elles rencontrent, qu’il s’agissent de contraintes de type structurelles, telles que les politiques de lutte contre l’immigration ou la prostitution, ou des contraintes de type interindividuelles, sur les lieux de prostitution ou de vie.

3- Un troisième axe de travail consiste à développer une réflexion sur les dynamiques à l’œuvre dans la représentation de l’autre, compris dans sa dimension de genre et d’origine. La nature spécifique de l’activité prostitutionnelle nous permettra d’aborder ici le rôle du contrôle sur le corps et de la sexualité des femmes dans la délimitation d’un territoire national symbolique. Cet aspect devrait nous permettre d’envisager l’exploitation dans la prostitution, et plus largement dans les domaines d’activité non régulés, sous l’angle non plus de la morale, mais de ce qu’elle nous dit sur la maîtrise que l’État veut bien - ou non - laisser aux individus étrangers ou nationaux, quant à leur existence et leur propre corps.

Publications

-  « Les rapports de classe et de race : les angles morts du traitement politique et institutionnel de la prostitution en France », Hommes et migrations, « La visibilité des femmes migrantes dans l’espace public en Europe », n°1311, 2015.
-  « Trans, migrantes y prostitutas : dominaciones imbricadas y espacios de negociación”, Trabajo y Sociedad, n°23, 2014.
-  Version française publiée : « Trans, migrantes et prostituées : dominations imbriquées et espaces de négociation », Les Cahiers de l’Urmis, n°14 mars 2013,
-  « La cause des femmes, un bon prétexte », Plein droit, n°75, décembre 2007