Accueil > archives 2007-2019

Réseau international pour enrichir les connaissances sur les personnes transgenres d’Amérique latine et le VIH

Réseau international pour enrichir les connaissances sur les personnes transgenres d'Amérique latine et le VIH

Récemment a été lancé le site web du Réseau international de chercheurs et professionnels travaillant avec ou sur les Latino-américain.e.s et le VIH. Ce projet est né dans le cadre d’une recherche financée par Sidaction réalisée par Olga L. González, docteure en sociologie au sein de l’Urmis (Unité de Recherche Migrations et Société) à l’Université Paris Diderot.

Le Réseau rassemble les connaissances et est un lieu d’échanges sur les personnes latino-américaines, spécialement les personnes transgenres MtF latino-américaines, une des populations clés dans la lutte contre le sida. Les personnes trans d’Amérique latine ont un niveau de prévalence de VIH et autres IST extrêmement élevé. Elles ont, pour beaucoup, des projet d’émigration vers l’Europe et l’Amérique du Nord.

Le Réseau rassemble des travaux, articles, publications ou témoignages sur les conditions de vie avant ou après l’émigration, ainsi que les vulnérabilités de cette population. Il cherche à avoir une compréhension plus large de ses conditions de vie, et à rendre visibles dans un seul site les différents travaux les concernant.

Sur un autre plan, le Réseau a pour objectif l’échange de connaissances relatives à la prise en charge médicale et sociale de cette population, la connaissance des différentes politiques publiques et pratiques associatives, la mise en commun de travaux scientifiques, ainsi que la formulation de projets.

Il regroupe les chercheurs de différentes disciplines : sciences sociales, médecine, santé publique, épidémiologie, ainsi que des praticiens travaillant dans des ONG, associations, fondations et institutions publiques (ministère, cliniques) et les professionnels travaillant avec les personnes trans latino-américaines, et ce dans différents pays du monde en Amérique latine, Amérique du Nord et en Europe. Actuellement il compte plus d’une centaine de membres.

Le Réseau dispose d’un site web hébergé par la plateforme universitaire Hypothèses, ainsi que d’un compte twitter : @latinosvih.

Les langues du site sont prioritairement l’espagnol et secondairement l’anglais. Cependant, les institutions ou personnes francophones peuvent également faire partie du Réseau. Sa coordinatrice est Olga L Gonzalez, docteure en sociologie, spécialiste de la santé des migrants. Contact : latinosvih [alt] gmail [dot] com.

Lien :
Site web du Réseau : https://latinosvih.hypotheses.org