Accueil > Séminaires > Séminaires des années précédentes

Séminaires Urmis Nice 2010-2011

Les séminaires de l’Urmis Nice ont lieu au Pôle universitaire St-Jean-d’Angély, bat. SJA3 (bâtiment à l’horloge), tramway station "St-Jean-d’Angély université".

Plan d’accès.

- Le vendredi 11 mars 2011 à 14 h : Yvan Gastaut et Véronique De Rudder (discutante), La construction de l’anti-racisme après 1945.

- Le vendredi 25 mars 2011 à 14 h : Cris Beauchemin : Migrations entre l’Afrique et l’Europe (MAFE) : fabrique d’enquête & premiers résultats [1]

- Le vendredi 1er avril à 14 h : Nicolas Bancel (historien, Maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne) et Pascal Blanchard (historien, Co-directeur, fondateur, du Groupe de recherche Achac/Colonisation, immigration, postcolonialisme), Études post-coloniales.

- Le vendredi 13 mai à 14 h (amphithéâtre, RDC) : Didier Lapeyronnie, Ghetto et quartiers populaires (autour de sa recherche publiée sous le titre Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Robert Laffont, 2008).


[1Résumé : Le projet MAFE (migrations entre l’Afrique et l’Europe) vise à produire et analyser des données quantitatives permettant d’appréhender à la fois la circulation des migrants et l’impact des migrations dans le pays d’origine. Il s’agit d’un projet comparatif d’enquêtes biographiques. Il porte sur 3 pays africains (le Sénégal, le Congo-Kinshasa et le Ghana) et sur 6 pays européens (France, Espagne, Italie, Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas).

Cette présentation présentera d’abord la méthodologie de l’enquête en insistant sur les différents problèmes spécifiquement posés par la production de données quantitatives sur les migrations internationales. Elle mettra en évidence le fait qu’il n’existe pas de solution parfaite pour les résoudre tout en présentant les solutions palliatives –autant dire les « bricolages »– adoptés dans le projet MAFE.

En deuxième partie sera présenté un florilège de résultats issus du projet sur, par exemple, l’analyse des tendances migratoires, les logiques des migrations de retour, le rôle des réseaux sociaux comme facteur de migration ou comme vecteur de développement dans le pays d’origine… Les résultats porteront sur les cas sénégalais et congolais.

Pour plus d’informations, voir : http://www.mafeproject.com