Accueil > Actualités

Nouvelle édition, La Découverte, Repères, n°364, Paris, 2008, 128 p.

Sociologie de l’immigration

Par Andrea Rea et Maryse Tripier

Sociologie de l'immigration

Sociologie de l’immigration

Par Andrea Rea et Maryse Tripier

Éditeur : La Découverte 2008 (1ère édition 2003)

Collection : Repères n°364

Format : Broché - 128 pages

ISBN : 9782707154736

Prix éditeur : 8,50 €


Présentation par l’éditeur : http://www.collectionreperes.com/ca...


Andrea Rea, professeur de sociologie à l’université libre de Bruxelles est directeur du Groupe d’étude sur l’ethnicité, le racisme, les migrations et l’exclusion (GERME). Il est l’auteur de Jeunes immigrés dans la cité (Labor, Bruxelles, 2001) et co-éditeur de Immigration et intégration des immigrés en Belgique francophone, Un état des savoirs, (2007).

Maryse Tripier, professeur de sociologie à l’université Paris-VII-Denis-Diderot, a fondé et dirigé l’unité de recherches « Migrations et Société », (URMIS, CNRS-université Paris-VII et université de Nice). Elle est l’auteur de L’immigration dans la classe ouvrière en France, Paris, L’Harmattan, 1990.


Quatrième de couverture

L’immigration et l’intégration des immigrés sont des objets de passions politiques. Depuis plus d’un siècle, de manière différente aux États-Unis et en Europe, et particulièrement en France, la sociologie a proposé des analyses et forgé des concepts pour rendre compte du processus d’installation des migrants et de leur inclusion dans l’espace social et national.

Ce livre retrace ces résultats théoriques et empiriques, en les inscrivant dans le contexte dans lequel ils prennent forme. L’installation des migrants et leur inclusion sociale et politique ne correspondent pas à un modèle unique, universel et intemporel. Elles sont, au contraire, profondément inscrites historiquement. De même, l’installation n’est pas l’aboutissement de toutes les migrations. De nouvelles migrations apparaissent qui appellent de nouveaux modèles.

Un regard croisé sur les sociologies américaine et européenne, surtout française, permet de constater la convergence des questions posées et la diversité des réponses concernant la manière dont les sociétés civiles et les États incorporent les immigrés et leurs descendants.

Table des matières

- Introduction

- I. Chicago : naissance de la sociologie de l’immigration - Contexte social et scientifique - Désorganisation et réorganisation - Le cycle des relations raciales - Ville et ghetto - L’héritage de Chicago

- II. La sociologie de l’immigration en France et en Europe : une difficile émergence - Le déni de mémoire - Les obstacles épistémologiques - Une tradition académique à construire - Demande sociale et percée conceptuelle - De l’objet minorisé à sa surexposition

- III. Immigrations, travail et marché - Les théories des migrations internationales - Les migrations à l’époque fordiste - L’immigré et l’immigrée à l’ère postfordiste - Circulation migratoire et transnationalisme

- IV. De l’assimilation à l’ethnicité aux États-Unis - Les relations « raciales » et les relations « ethniques » - Classes, castes et discrimination - De l’assimilation à l’ethnicité - Les nouveaux débats sur l’assimilation - Les figures de l’économie ethnique

- V. Les catégorisations de l’altérité - L’expérience de la domination - La stigmatisation - La naturalisation des différences - Logiques d’exclusion : established et outsiders - Autochtones et allogènes : le maintien des différences ? - Culture et relation interethniques - Ethnicité : des concepts aux variables statistiques.

- VI. Classe, genre et ethnicité en France - Racisme et discrimination au travail - Les étrangers dans la ville - Disqualification et ethnicisation à l’école - À propos des émeutes urbaines - Classe, genre et ethnicité

- VII. Acteurs et modèles d’intégration en Europe - De l’immigré au citoyen (1960-1980) - Des modèles européens d’intégration (1980-1990) - Le modèle français d’intégration en débat - De l’intégration à la citoyenneté - Le retour de l’assimilation et le contrôle des frontières

- Conclusion

- Repères bibliographiques