Accueil > Actualités > Soutenances de thèses et HDR

Soutenance de Christophe Daum (HDR)

Christophe Daum a soutenu son habilitation à diriger des recherches (HDR) intitulée "Les âges de la migration : Réflexions sur la genèse, l’actualité et le devenir de la migration de la région de Kayes au Mali" le lundi 20/11 à partir de 14h, salle 870 à Olympe de Gouge (université Paris Diderot). Plan d’accès

Composition du jury :

- Jean-Paul Colleyn Directeur de recherche, École des Hautes Études en
Sciences Sociales, EHESS Paris (rapporteur)
- Moussa Sow, Directeur de recherche, Institut des Sciences Humaines,
ISH Bamako (rapporteur)
- Olivier Leservoisier, Professeur des universités, Université Paris
Descartes
- Jean-Luc Nahel, Professeur des universités, Université de Rouen
- Catherine Quiminal, Professeure des universités, Université Paris 7
Denis Diderot
- Mahamet Timéra, Professeur des universités, Université Paris 7 Denis
Diderot

Vous êtes invité à y assister et/ou à venir prendre un pot à l’issu de
la soutenance.


Résumé

Les âges de la migration en région de Kayes au Mali, telle est la thématique de ce dossier, qui compte quatre sections. L’immigration de la région de Kayes, à l’ouest du Mali, est observée sur des espaces relativement homogènes et dans une profondeur historique qui autorise la comparaison et interroge sa genèse et ses différentes étapes, au terme desquelles cette petite région de l’Afrique de l’ouest est maintenant spécialisée dans l’envoi d’une partie de ses forces vives vers les emplois industriels en France.
Le propos porte sur trois générations de personnes d’une même zone, en rive droite du fleuve Sénégal autour de la ville de Kayes, confrontées à des conjonctures et des problèmes historiquement différents. La première génération est celle qui subit directement les conséquences de la situation coloniale, elle est observée entre la fin du XIX° et la première moitié du XX° siècle principalement, à partir des Archives Nationales de la période coloniale ; la seconde génération est celle qui émigre à partir de la seconde moitié des années soixante-dix ; la troisième génération concerne la jeunesse actuelle, les enfants des seconds, pourrait-on dire.

Dans un premier chapitre, je reviens sur mon itinéraire personnel : d’une participation- militante dans les foyers de travailleurs immigrés ouest-africains à la recherche au Mali dans les villages d’origine.
Le second chapitre propose une sociohistoire de la genèse de l’émigration. Je montre la façon dont la région a été, assez rapidement, désorganisée à l’époque coloniale, entre la fin du XIX° siècle et la seconde guerre mondiale. La fin du système de travail esclavagiste constitue l’une des transformations sociales les plus radicales : l’émigration va progressivement devenir incontournable, dans la quête du travail salarié.
Le troisième chapitre propose une relecture de recherches menées au Mali entre 2006 et 2012, portant sur deux régions du Mali, la région de Kayes d’une part, la région cotonnière (région de Sikasso) au sud du pays d’autre part. Dans la région de Sikasso, qui bénéficie d’une agriculture généralement excédentaire couplée à une culture de rente (le coton constitue l’une des premières exportations du Mali), l’émigration de la jeunesse de cette région concourt à réorganiser l’ordre social. Dans la région de Kayes, installée dans l’économie migratoire de longue date, les stratégies de ceux restés au Mali sont confrontées à celles des émigrés.
Enfin, le dernier chapitre porte sur les mobilités des jeunes de la région de Kayes, mobilités à la fois sociales et géographiques. Cette section rend compte d’un retour sur le terrain d’une recherche conduite en 1995 (avec Mahamet Timéra) qui portait sur les aspirations des jeunes. Vingt ans plus tard, ce retour sur le terrain permet de comparer tant les conséquences du changement social dans la région que les évolutions dans les stratégies des jeunes.

Deux grands types de réflexions irriguent ce rapport. La première concerne le rapport au travail tandis que la seconde concerne l’articulation du local au global et la façon dont les microsociétés ici étudiées sont, et sans doute de longue date, inclues dans les processus et les rapports de force internationaux.

Le volume II propose une sélection d’articles ou de chapitres d’ouvrage.

Sommaire du volume I

Préambule et remerciements Introduction

I. Discussion d’un itinéraire de recherche entre France et Mali

A. Itinéraire
B. De la participation à l’observation : le mouvement des sans-papiers.
C. Le codéveloppement, instrumentation des immigrés ? Engagement et anthropologie

II. Période coloniale et genèse de l’émigration malienne

A. Émigration et situation coloniale
B. Recensements et impôt dans le cercle de Kayes
C. La fuite des esclaves du cercle de Kayes
D. Les conséquences de la fin du mode de production esclavagiste
E. L’émigration obligée ?

III. Émigrer depuis le Mali : contrastes régionaux et trajectoires migratoires

A. Une recherche comparative multisituée
B. Les trajectoires migratoires
C. Les transferts financiers
D. Émigration et changement social
E. Les émigrés : trajectoires individuelles et responsabilités collectives

IV. La jeunesse de la région de Kayes

A. Diatiguis et séjours à Bamako.
B. Les candidats à l’émigration
C. Les élèves et étudiants.
D. Que dit-on au village ?

- Bibliographie
- Note méthodologique du chapitre II. Index des auteurs cités
- Index des tableaux et illustrations

Agenda

Ajouter un événement iCal